Interview de Massimo Gargia

18 05 2012

Cette interview a été réalisée par téléphone le 14/09/08

Yannick Boutot a ensuite remis en forme les propos de Massimo Gargia

 

Interview de Massimo Gargia dans Actualites / News 220px-Massimo_Gargia_2010

 

Yannick Boutot : Pouvez-vous nous dire quand et comment avez-vous rencontré Paul-Loup Sulitzer ?

Massimo Gargia : C’était il y a longtemps. Il faisait la promotion d’un parfum et était déjà l’auteur de plusieurs livres. Je lui avais remis le « best » (Note de l’auteur : le best est un prix d’élégance décerné chaque année par Massimo Gargia) lors d’une somptueuse réception au Musée de la Mode en présence de Madame Pompidou.

Y.B. : Que saviez-vous l’un de l’autre ? Quels sont les éléments qui vous rapprochent ?

M. G. : J’ai tout de suite apprécié son intelligence, dont j’avais pris conscience à travers ses livres, et sa conversation. De plus, nous avons tous deux un problème de poids qui me le rend sympathique ! Il a également eu beaucoup de courage face à ses problèmes judiciaires et sentimentaux, nous avons toujours été présents l’un pour l’autre.

PLS & Massimo Gargia juillet 2008

PLS & Massimo Gargia à St Tropez en juillet 2008

Y.B. : Vous êtes tous deux des jet setteurs, mais on sent chez vous une profondeur qui semble peu en rapport avec ce milieu. Etes-vous d’accord avec ça et comment vivez-vous ce décalage ?

M.G. : Le milieu de la Jet-Set est un milieu assez frivole mais il y a également des gens intéressants qui ont le sens de l’amitié et une profondeur. Il y a dans ce milieu des personnes vrai comme Paul-Loup Sulitzer. Comme dans tout milieu, il faut de la profondeur pour durer.

Y.B. : Au delà de la gloire, de la reconnaissance, vous avez tous deux traversé bien des épreuves qui s’apparentent à celles que connaissent de nombreuses personnes.

M.G. : Oui, nous sommes tous pareils même si les réactions varient d’un individu à un autre.

Y.B. : Le grand public vous a découvert dans une émission de télé-réalité, La Ferme, avez-vous des regrets concernant cette aventure ?

M.G. : Non, au contraire. Cela m’a permis de goûter au succès populaire. J’étais connu dans un milieu, le milieu de la Jet-Set mais pas auprès du grand public qui m’a alors découvert.

Les témoignages de sympathie de gens ayant une vie fort différente de la mienne m’ont beaucoup touché.

Y.B. : Pouvez-vous nous présenter vos livres et vos projets ?

M.G. : J’ai rédigé huit livres jusque là et je suis en train d’en préparer un nouveau pour l’an prochain. Je m’occupe également du Gala des prix du Best qui aura lieu le 1er Décembre.

Y.B. : On note deux facettes assez éloignées dans votre personnalité que symbolisent Le journal de Massimo et votre dernier livre La femme de ma vie.

M.G. : Le journal de Massimo c’est effectivement assez frivole. La femme de ma vie c’est un livre plus intime, je ne m’étais jamais dévoilé de ce côté là car les gens ne s’intéressent pas à cela dans mon milieu, je tenais à ce livre car c’est un hommage à ma femme qui y a d’ailleurs participé et qui est malheureusement décédée en mai dernier.

J’aime les gens, sortir, me distraire, passer de bonnes soirées car cela me permet d’oublier.

Y.B. : C’est une forme de thérapie ?

M.G. : Oui en quelque sorte. Certains vont chez le psychiatre … moi je sors.


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Le Chant de l'Ange Noir |
Sang pour sang moi... |
Morganebib |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | LE BLOG DE BEST SELLER ...
| JETBOOKS Critiques de livre...
| Le Calice Noir