• Accueil
  • > Interviews exclusives 100% Sulitzer

Interview of Joseph Amiel

16082012

The team of « 100% Sulitzer » has finally found Mister Joseph Amiel. This famous writer has one link with Paul-Loup Sulitzer ,as the french writer wrote a foreword for the french edition of one of his book in the beginning of the nineties !

Interview of Joseph Amiel dans Actualites / News Amiel-Bandeau

100% Sulitzer : Hi Mister Amiel. Can you first remember us what is your link with Mister Paul-Loup Sulitzer ?

Joseph Amiel :    The publisher of the French edition of one of my novels that set in financial world asked if Mr. Sulitzer would be willing to write a foreward to the book.  He did, and I was very grateful to him.

Joseph-Amiel-217x300 dans Interviews exclusives 100% Sulitzer100% Sulitzer : Can you tell us what is your background before writing ?

Joseph Amiel :    In college I studied mainly English literature, creative writing, and art.  I then attended Yale Law School and practiced law for a while upon graduating.  A lot of my legal work was in the motion picture industry.

100% Sulitzer : Who are your favorite writers ?

Joseph Amiel :   Many of my favorites are 19th Century writers, such as Jane Austen, Charles Dickens, Fyodor Dostoevsky, and Mark Twain (both his fiction and his non-fiction).  Closer to modern times, I have no favorites, but tend to read mysteries.

100% Sulitzer : You just published a new version of “A question of proof”. Can you tell us why you decided to launch a new version of it and what are the main differences with the original book from 1993 ?

Joseph Amiel :   I decided that all my books should have the opportunity to reach the wide new audience created by the digital revolution and that the first would be A Question of Proof both because of that audience’s enthusiasm for legal thrillers and because it was a book I truly loved that didn’t get a great marketing effort from its original publisher.  As I write in my new introduction to it, “Going back and reading the book turned out to be a gratifying experience.  I found the story and the dark mystery at its heart gripping me.  Apart from references to events in the book’s earlier time frame, the story felt immediate, as if it was happening now, with many of the same problems facing people today that prevailed then.  After much contemplation, I decided that moving the novel into the present and adding new material would provide the same immediacy experienced by my original readers.”

A-question-of-proof




Interview de Massimo Gargia

18052012

Cette interview a été réalisée par téléphone le 14/09/08

Yannick Boutot a ensuite remis en forme les propos de Massimo Gargia

 

Interview de Massimo Gargia dans Actualites / News 220px-Massimo_Gargia_2010

 

Yannick Boutot : Pouvez-vous nous dire quand et comment avez-vous rencontré Paul-Loup Sulitzer ?

Massimo Gargia : C’était il y a longtemps. Il faisait la promotion d’un parfum et était déjà l’auteur de plusieurs livres. Je lui avais remis le « best » (Note de l’auteur : le best est un prix d’élégance décerné chaque année par Massimo Gargia) lors d’une somptueuse réception au Musée de la Mode en présence de Madame Pompidou.

Y.B. : Que saviez-vous l’un de l’autre ? Quels sont les éléments qui vous rapprochent ?

M. G. : J’ai tout de suite apprécié son intelligence, dont j’avais pris conscience à travers ses livres, et sa conversation. De plus, nous avons tous deux un problème de poids qui me le rend sympathique ! Il a également eu beaucoup de courage face à ses problèmes judiciaires et sentimentaux, nous avons toujours été présents l’un pour l’autre.

PLS & Massimo Gargia juillet 2008

PLS & Massimo Gargia à St Tropez en juillet 2008

Y.B. : Vous êtes tous deux des jet setteurs, mais on sent chez vous une profondeur qui semble peu en rapport avec ce milieu. Etes-vous d’accord avec ça et comment vivez-vous ce décalage ?

M.G. : Le milieu de la Jet-Set est un milieu assez frivole mais il y a également des gens intéressants qui ont le sens de l’amitié et une profondeur. Il y a dans ce milieu des personnes vrai comme Paul-Loup Sulitzer. Comme dans tout milieu, il faut de la profondeur pour durer.

Y.B. : Au delà de la gloire, de la reconnaissance, vous avez tous deux traversé bien des épreuves qui s’apparentent à celles que connaissent de nombreuses personnes.

M.G. : Oui, nous sommes tous pareils même si les réactions varient d’un individu à un autre.

Y.B. : Le grand public vous a découvert dans une émission de télé-réalité, La Ferme, avez-vous des regrets concernant cette aventure ?

M.G. : Non, au contraire. Cela m’a permis de goûter au succès populaire. J’étais connu dans un milieu, le milieu de la Jet-Set mais pas auprès du grand public qui m’a alors découvert.

Les témoignages de sympathie de gens ayant une vie fort différente de la mienne m’ont beaucoup touché.

Y.B. : Pouvez-vous nous présenter vos livres et vos projets ?

M.G. : J’ai rédigé huit livres jusque là et je suis en train d’en préparer un nouveau pour l’an prochain. Je m’occupe également du Gala des prix du Best qui aura lieu le 1er Décembre.

Y.B. : On note deux facettes assez éloignées dans votre personnalité que symbolisent Le journal de Massimo et votre dernier livre La femme de ma vie.

M.G. : Le journal de Massimo c’est effectivement assez frivole. La femme de ma vie c’est un livre plus intime, je ne m’étais jamais dévoilé de ce côté là car les gens ne s’intéressent pas à cela dans mon milieu, je tenais à ce livre car c’est un hommage à ma femme qui y a d’ailleurs participé et qui est malheureusement décédée en mai dernier.

J’aime les gens, sortir, me distraire, passer de bonnes soirées car cela me permet d’oublier.

Y.B. : C’est une forme de thérapie ?

M.G. : Oui en quelque sorte. Certains vont chez le psychiatre … moi je sors.




Interview exclusive : Paul-Loup Sulitzer parle de « L’Empire du nénuphar »

29102011

 

L'Empire du nénuphar

 

 

 

 

100% Sulitzer : Pourquoi avoir décidé de publier une nouvelle aventure de Franz Cimballi ?

Paul-Loup Sulitzer : Cimballi est un personnage mythique de la littérature française, à l’image d’Astérix et de Tintin. Des millions de lecteurs ont aimé le voir faire fortune partout dans le monde. Après la sortie de Money 2, j’ai reçu des centaines de lettres me demandant la suite des aventures de mon héros.

 

 

100% Sulitzer : L’Empire du nénuphar est-il un roman ou véritable manuel à l’usage des personnes souhaitant réussir en Asie ?

Paul-Loup Sulitzer : Les deux ! C’est un thriller haletant en même temps qu’un mode d’emploi permettant de faire fortune en Chine. Il suffit à un homme d’affaires qui veut s’installer là-bas de prendre mon livre avec lui, et dans quelques mois, il sera riche. Les Européens ne connaissent rien à ce pays. Grâce à mon expérience, j’ai compris comment marchait la finance chinoise. C’est la première fois qu’un romancier révèle tous les secrets d’une économie bien mystérieuse.

 

 

100% Sulitzer : Money 2 était un roman assez léger dans le ton et dans la forme même s’il y avait également un côté tragique et réaliste, votre dernier roman semble plus « sérieux ». Quelle était votre ambition romanesque à travers L’Empire du nénuphar ? Vos références ?

Paul-Loup Sulitzer : Vous faites une bonne analyse ! En effet, ce livre rassemble des connaissances sur l’économie asiatique comme aucun livre ne l’avait fait jusque-là. Les références sont très nombreuses. Mais c’est aussi un roman drôle, poignant, captivant. C’est ce que m’ont dit tous ceux qui l’ont lu.   

 

 

100% Sulitzer : Pouvez-vous nous livrer quelques secrets de fabrication de L’Empire du nénuphar ? Comment avez-vous travaillé, quelles ont été les « recettes Sulitzer » appliquées à ce roman ?

Paul-Loup Sulitzer : Mes recettes sont secrètes ! Je plaisante… Je suis parti d’une documentation très riche et d’une prospection sur le terrain. Il aurait été absurde de m’installer dans un appartement de New-York pour décrire ce qui se passait à des milliers de kilomètres… J’ai donc arpenté la Chine profonde et je suis revenu la tête pleine d’idées et d’images. Puis je me suis assis devant ma table de travail… Cimballi a jailli de mes doigts, plongé comme un sachet de thé dans la Chine du XXIe siècle.

 

 

100% Sulitzer : Concernant Internet et d’un point de vue pratique, comment se passe votre collaboration avec Yannick Boutot, créateur de 100% Sulitzer ?

Paul-Loup Sulitzer : Yannick Boutot est un partenaire exceptionnel. Merci à lui pour ce travail qui permet de révéler ma personnalité et mes livres. Je regarde souvent 100% Sulitzer. C’est sans doute le meilleur site consacré à mon œuvre…

 







Le Chant de l'Ange Noir |
Sang pour sang moi... |
Morganebib |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LE BLOG DE BEST SELLER ...
| JETBOOKS Critiques de livre...
| Le Calice Noir